Image default
Emploi / Formation

La candidature d’un travailleur handicapé

Être victime d’un accident de la vie impacte considérablement le quotidien d’une personne handicapée. Suite à un accident, la question de l’emploi devient inévitable, d’autant plus que dans certains cas, l’employé doit repenser à sa carrière. Alors, lorsque le temps de devoir trouver un autre emploi est arrivé, faut-il parler de son handicap à son futur employeur ?

Faut-il mentionner son RQTH sur sa lettre de motivation ?

Juridiquement parlant, vous n’êtes pas obligé de parler de votre handicap à votre futur employeur. Celui-ci de son côté n’a pas le droit de vous le demander tant que vous ne souhaitez pas l’aborder. En revanche, si vous ne mentionnez pas votre cas spécifique dans votre CV, vous ne serez pas bénéficiaire de nombreuses aides que l’on met à la disposition des personnes RQTH dans les lieux de travail. Dans tous les cas, vous êtes libre d’informer votre direction de votre problème à tout moment lorsque vous êtes prêt à aborder le sujet. Cela est possible même si vous y travaillez pendant plusieurs années et que votre handicap n’est pas nouveau.
Quoiqu’il en soit, le fait de mentionner votre situation dans votre lettre de motivation travailleur handicapé dépendra de l’entreprise dans laquelle vous souhaitez postuler. Néanmoins, il est convenable de vous renseigner d’abord sur les pratiques d’embauches ainsi que la charte RSE avant de préciser ou non votre cas.

Les bonnes raisons de parler de son cas à son futur employeur

Certaines personnes handicapées se retiennent de parler de leurs problèmes de santé lors de l’entretien, de peur de ne pas être embauchées. Toutefois, la loi est claire sur sujet et les personnes RQTH peuvent très bien exercer leurs métiers comme toutes personnes normales tant qu’elles seront capables d’assumer leurs tâches.
Aussi, mentionner votre cas à votre futur employeur vous permet d’obtenir des aides techniques ou humaines venant de vos collègues. Il est même possible de profiter d’un ajustement de l’horaire de travail. Autrement dit, pour favoriser une bonne intégration dans l’entreprise, aborder votre handicap est une bonne idée. Cela est d’autant plus conseillé avec les services de santé au travail. Ainsi, vous bénéficierez par exemple d’une visite médicale d’embauche ou encore une visite d’information.
Dans tous les cas, votre employeur ne pourra pas vous reprocher de ne pas avoir mentionné votre cas si vous souhaitez vivre librement votre handicap.

Quels sont les métiers accessibles aux travailleurs RQTH ?

La réponse à cette question est relativement claire : cela dépend du type du handicap. En effet, même si la loi encourage ces personnes à travailler, il y a certains emplois qui ont des exigences sur les capacités physiques et cognitives. Par exemple, une personne malvoyante ne pourra pas postuler à un poste de chauffeur.
Quoi qu’il en soit, les métiers notamment dédiés aux personnes ayant des problèmes physiques ou mentaux sont nombreux. Par exemple, il est possible de postuler à un poste d’entretien des espaces verts, de travaux manuels, des accueils de vente et de nombreux autres encore.

Related posts

Trouver la bonne assurance, que faire ?

Laurent

Devenir maçon : Quelles sont les compétences et les conditions requises ?

Tamby

Recouvreur d’impôt, un métier d’avenir

Irene