Image default
Maison / Bricolage / Déco

Comment améliorer l’isolation acoustique de votre maison ?

Les bruits de la rue ou du voisinage sont souvent très gênants, voire insupportables, surtout quand les nuisances sonores subies sont répétitives. Pour retrouver la sérénité à l’intérieur d’un logement, il est nécessaire de diminuer le stress lié au bruit, et de trouver des solutions efficaces à travers le renforcement de l’isolation phonique de la maison.

L’isolation acoustique passe avant tout par l’identification de l’origine et du type des bruits, pour ensuite repérer l’emplacement et la nature des parois à isoler. Le choix de l’isolation la plus adaptée dépend en effet du matériau du mur ou de la fenêtre, comme la brique, le béton, le bois…

Identifier le type de bruit pour mettre en place les isolations adéquates

Les sons entendus à la maison doivent être bien identifiés et leur niveau sonore doit être mesuré, afin d’apporter la solution d’isolation acoustique la plus adaptée.

On distingue trois types de bruits pouvant avoir un impact sur le confort de vie à l’intérieur : les bruits aériens, d’impact ou d’équipements.

Les bruits aériens se propagent par les interstices des fenêtres, des ventilations ou des portes, et peuvent provenir de l’extérieur ou de l’intérieur. Parmi ces bruits on peut citer le trafic routier ou le son de la télévision.

Les bruits d’impact, comme la chute d’objets ou les bruits de pas, se diffusent par vibration, jusque dans les structures de l’habitation.

Les bruits d’équipements sont émis par de nombreux appareils, tels que la chaudière, l’ascenseur, les tuyauteries…

Un son est qualifié de nuisible quand le niveau sonore dépasse les 70 dB, sachant qu’un lave-vaisselle en fonctionnement c’est 60 dB, et le passage d’un train c’est environ 80 dB.

Quelle est la meilleure isolation phonique à mettre en œuvre ?

La lutte contre le bruit n’est pas une mince affaire, c’est même une tâche relativement complexe.

Les matériaux utilisés dans l’isolation thermique ont généralement un impact sur la diffusion du bruit. Plus un matériau est dense et plus il atténue les nuisances sonores.

Les sons traversent les parois, passent par les défauts d’étanchéité et résonnent dans les cloisons. Le mieux est d’intervenir à la source, en limitant ou en absorbant le bruit par des rideaux, des tapis ou des meubles.

La solution d’isolation phonique dépend des caractéristiques de l’habitation, ainsi que de la source du bruit et du niveau du confort acoustique souhaité. Cela va de la simple amélioration des propriétés acoustiques d’une pièce, à l’isolation phonique des toitures, des murs, des portes, des fenêtres, des plafonds et des sols.

L’amélioration de l’isolation phonique d’un logement permet d’apporter un gain acoustique et de réduire les décibels audibles par l’oreille. Cela peut être réalisé par un artisan expert en isolation.

Isoler les murs et les cloisons

Pour bloquer la transmission sonore, il est important d’isoler les parois de la maison, et pour cela plusieurs techniques sont possibles :

    • L’installation de panneaux en sandwich entre deux cloisons maçonnées
    • La peinture anti-bruit qui se pose sur une sous-couche insonorisante
    • Des plaques phoniques minces prêtes à poser
  • Un doublage du mur sur ossature métallique, en posant deux plaques de plâtre autour d’une laine minérale
  • La pose d’un isolant et l’installation d’une contre-cloison en briques ou en carreaux de plâtre.

Isoler les sols

L’isolation par le sol se fait en installant un revêtement tel qu’une moquette épaisse ou un parquet flottant, ou en posant des dalles flottantes avec une sous-couche isolante aux performances acoustiques élevées.

Il est également envisageable de poser un tapis ou une moquette pour absorber les sons et réduire la propagation des bruits par le sol.

Isoler les menuiseries

Lors d’une isolation phonique, les portes et les fenêtres sont les premiers postes à considérer, pour atténuer les nuisances sonores.

Pour mettre en place de bonnes performances acoustiques, il est indispensable d’avoir des fenêtres et des portes en bon état, avec une isolation renforcée avec calfeutrage et double vitrage.

Pour faire barrage aux bruits extérieurs, il faut penser à remplacer ou à rénover les fenêtres, en choisissant un vitrage à isolation renforcée (VIR). Il faut également savoir que l’ouverture à la française est plus isolante que la coulissante.

L’étanchéité des anciennes fenêtres peut être améliorée, simplement en changeant les joints, pour empêcher le passage des sons, sans avoir à remplacer ces éléments. Les joints sont posés sur le dormant de la fenêtre, ils sont efficaces même s’ils manquent d’esthétisme.

La porte d’entrée peut aussi être calfeutrée ou remplacée par une porte renforcée, pour éviter d’entendre les bruits du palier. Il est également possible d’installer des joints autour de la porte, ou un joint balais sur la partie basse, ou encore un capitonnage.

Installer un faux plafond

La pose d’un faux plafond permet de réduire les bruits d’impact provenant du dessus, comme des claquements de talons ou des enfants qui courent et sautent. Les sons passent par le plafond et se propagent à travers les murs. Installer un faux plafond améliore considérablement la situation.

L’opération se fait en posant une ossature métallique, un isolant fibreux et des plaques de plâtre spécifiques. La performance acoustique est encore meilleure si le faux plafond est désolidarisé du plafond.

Related posts

Couleur pêche dans les vêtements: comment créer une image féminine

Irene

Acquérir une nouvelle chaudière : quel modèle vous convient ?

Tamby

Les rouages de l’isolation à 1 €

Odile